Cryptomonnaies, consentement amoureux, blanchiment d’argent : de quoi la blockchain est-elle le nom ?

Futurapolis 2018

Futurapolis 2018

On lui prête toutes les vertus, on lui met sur les dos tous les défauts de notre temps – pourtant, peu la comprennent vraiment. Elle, c’est la blockchain, prisée par les médias, louée par certains experts, vilipendée par d’autres pour ses applications diverses – volatilité des cryptomonnaies, sécurisation des cadastres, voracité énergétique du bitcoin, fiabilité des informations médicales. Technologie transverse concernant des domaines allant de la finance à la santé, de la distribution à la citoyenneté, la« chaîne de blocs » est la cousine germaine de l’intelligence artificielle : servie à toutes les sauces, elle a perdu de sa saveur, jusqu’à disparaître derrière de multiples « blockchains Potemkine », qui n’ont de blockchain que le nom. Aujourd’hui, il est temps de démêler le vrai du faux, et c’est ce que feront nos experts.

Invités :

Sara Tucci-Piergiovanni, chercheuse en informatique, actuellement chef du Laboratoire systèmes d’Information de Confiance, Intelligents et Auto-organisants (LICIA), experte senior et coordinatrice du programme Blockchain au sein de l’Institut CEA LIST, Saclay, France
Anca Petre, chercheuse en e-santé et blockchain, cofondatrice de 23 Consulting
Dimitri Granger, cofondateur de l’agence .yz et de Blocs, le média de la blockchain

Terminer l'inscription